top of page

Homophobie : ma relation avec ma grand-mère

Hello ! Aujourd'hui je réponds à une question que je reçois très souvent : quelle est ta relation avec ta grand-mère aujourd'hui ?

Les fêtes de famille approchent et je sais que beaucoup angoissent sur ces moments qui ne sont parfois pas top quand on a des personnes LGBTphobes dans notre famille. Pour celles et ceux qui débarquent, ma grand-mère a été "préservée" pendant les 7 premières années de ma vie avec Aurore. On ne lui a rien dit, sur demande de ma mère. Puis elle a tout appris, m'a rejetée violemment. Puis elle a présenté ses excuses dans une lettre. Je croyais que tout était réglé, j'ai cru au miracle. En février dernier, nous avons eu un échange (si on peut appeler ça "échange") violent au téléphone où elle m'a dit les mots suivants : "tu es un fardeau" " tu es une mauvaise personne" "tu es ma plus grande source de tristesse depuis toutes ces années" " j'espère que tu es une meilleure fille pour tes parents que tu n'es une petite fille pour moi" Et surtout, elle m'a dit : "Je veux que tu demandes pardon pour tout le mal que tu fais à cette famille." Un des moments les plus difficiles de ma vie. Avoir un adulte qui a été une référence, une figure d'autorité pendant toute son enfance, qui vous engueule comme une enfant et vous dit que vous devez demander pardon, je vais vous dire... c'est tentant.

Tentant de demander pardon pour redevenir la petite fille aimée.

Tentant de demander pardon pour avoir l'impression de ne pas commettre un péché. De longues secondes de silence et de larmes se sont écoulées au téléphone. La petite fille en moi était désespérée.


Puis j'ai pensé à ma femme et mes filles, j'ai pensé à vous ici, j'ai pensé que je n'avais rien fait de mal. Je me suis concentrée sur l'adulte que je suis et non pas sur l'enfant que je reste au fond.


Je lui ai répondu "Non, je ne demanderai pas pardon." Et j'ai raccroché.


C'est le dernier échange que j'ai eu avec elle et ce sera le dernier. Depuis, nous n'avons aucun lien et je n'en veux plus. Il n'y a plus et n'y aura plus aucune relation, aucun contact. Je fais encore mon deuil.


Ce que j'ai appris, c'est que l'homophobie ne se soigne pas qu'avec des coeurs et des mots doux. Même si cela reste mon arme préférée. Parfois ce n'est pas suffisant. Il faut aussi savoir se préserver. Ce que je veux vous partager là, c'est qu'à l'approche des fêtes de famille, certaines et certains ont peur d'être confronté.e.s à des personnes de ce type. Préservez-vous et connectez vous à la personne que vous êtes vraiment, pas à celle qu'on a projeté sur vous.


Soyez fièr.e.s, et ne vous excusez pas. Je vous envoie beaucoup d'amour et de force.


PS : le Collectif Famille.s propose aussi des outils pour aider les familles dans leur diversité. N'hésitez pas à les contacter <3


PS : j'avais partagé une photo et un post sur Instagram pour parler de mon ressenti ce jour-là. Le voici ici.





MC


1er février 2022 - jour de l'appel.

Comments


bottom of page