top of page

La boîte à préjugés

Lorsqu'on fait un coming out à quelqu'un, encore plus lorsqu'il s'agit d'un proche, un parent, ça active immédiatement quelque chose chez elle ou lui. La personne entend, et son cerveau se met en route, en panique, à la recherche de ce que j'appelle "la boîte à biais cognitifs", cachée quelque part en elle, où elle a rangé toutes les informations accumulées depuis sa naissance sur ce sujet. Mes parents, eux, par exemple, lorsque je leur ai dit que j'aimais Aurore, ils ont trouvé dans leur boîte pas mal de choses : - que l'homosexualité est un péché, c'est ce que leur religion leur a appris toute leur vie - que lorsqu'on est homosexuel, on va vivre en marge de la société toute sa vie - qu'homosexualité = sexualité, une forte appétence pour le sexe, les relations sans lendemain, et donc que je ne réussirais certainement jamais à avoir une vie sentimentale stable - que les homosexuels étaient ces hommes déguisés en bonne soeur qui se roulaient des pelles sur des chars à la gay pride, - que les femmes lesbiennes, c'est forcément Josiane Balasko dans Gazon Maudit

- que les homosexuels ne vivent qu'entre eux, en communauté - qu'homosexualité = trouble psychologique

- qu'homosexualité = pas d'enfant et de famille - qu'homosexualité = pédophilie - que ça allait me rendre... différente. Bref, vous imaginez toutes ces distorsions cumulées ! On appelle ça les biais cognitifs. MAIS ce n'est pas une fatalité ! c'est tout l'intérêt de réfléchir, de se remettre en question, de se déconstruire... Je pense qu'il est hyper important que chacun.e se pose dans son grenier, ouvre tous ces cartons, ces boîtes, et regarde ce qui est accumulé dedans. Pourquoi est-ce que j'ai un préjugé sur ce sujet ? est-ce que je peux changer de regard sur celui-ci ? qu'est-ce que je peux apprendre ? comment m'éduquer ? Moi la 1ère, je m'efforce de le faire tous les jours. De remettre en question mes pensées et de chercher à comprendre ce que tel ou tel sujet active chez moi. Car c'est valable pour tout le monde ! Avant qu'Aurore rencontre mes parents, elle avait aussi une image caricaturale. La famille Le Quesnoy dans " la vie est un long fleuve tranquille", vous voyez ! des parents coincés, bourgeois, cathos, sans tendresse et gentillesse. Alors je peux vous dire que le jour où ils se sont rencontrés pour la 1ère fois, il s'est passé quelque chose de merveilleux. Chacun est arrivé avec sa grosse boîte dans les mains. Ils se sont vus, et chacun a posé sa boîte. Il s'est passé quelques micro secondes de silence, où mes parents ont découvert Aurore, une jeune femme souriante, douce, drôle et attentionnée. Et Aurore a découvert des parents profondément gentils et simples.


Bref, il y a 1000 manières de faire le ménage dans ses préjugés, la 1ère est d'en avoir conscience.




Commentaires


bottom of page