0 déchets : ce que j’ai changé et ce que je veux encore faire.

Hello !

Cette semaine, je vous parle 0 déchets ! Ce n’est pas une mode, pas une tendance, c’est une nécessité. Nous devons tous changer nos habitudes car la situation est plus que critique. Alors, chacun à sa manière, nous pouvons faire quelque chose !

Depuis 2 ans, je cherche activement au quotidien de nouvelles idées pour faire évoluer le mode de consommation de ma famille. J’aime lire des articles sur le sujet, m’inspirer de mon entourage qui fait déjà des efforts et je me suis dit qu’il serait peut-être intéressant de vous partager la liste de ce que j’ai déjà changé et de ce que j’ai encore comme objectif à court terme, car il y a du boulot ! Peut-être trouverez-vous des idées de choses simples que l’on peut faire au quotidien et j’espère que vous me partagerez vos actions en commentaires pour m’inspirer aussi 😉

Côté salle-de-bain :

  1. Le démaquillant : j’utilise un gant démaquillant (je vous en parlais dans cet article), qui démaquille avec de l’eau et ne se jette pas. Je n’utilise donc plus de produit ni de coton ! Si j’en ai vraiment besoin, j’ai pour me dépanner une gelée démaquillante bio Melvita.

  2. Les cotons-tiges : j’ai tenté l’utilisation d’un spray pour les oreilles, mais je crois que j’aime trop me sécher les oreilles… J’achète donc uniquement des cotons-tiges en papier recyclable et bio et j’en utilise deux fois moins qu’avant. Nous avons acheté récemment ces cotons-tiges en silicone réutilisables qui sont plutôt pas mal, c’est en cours de test 😉

  3. J’ai investi dans des culottes de règles de la marque Fempo qui font très bien l’affaire. Je n’achète quasiment plus de serviettes et tampons et j’espère les supprimer complètement cette année.

  4. Le coton de change pour Charlie : c’était un cap difficile à passer, car je ne me voyais pas m’ajouter la corvée de laver des cotons de change en tissus… Mais je ne pouvais plus jeter autant de coton tous les jours. J’ai donc sauté le pas, grâce à ma belle-soeur que je voyais faire avec ses deux enfants, et ma maman qui m’a cousu tout un kit de cotons en tissus lavables. Et sans regret ! Ils passent très bien en machine, et c’est génial de ne plus jeter que la couche.

  1. J’ai supprimé la plupart de mes produits de beauté. J’ai eu un vrai déclic à ce sujet : j’avais une crème pour les yeux, une pour la nuit, une pour le jour, une eau micellaire, des soins en tout genre… J’ai terminé tous mes produits, donné ceux que je n’utilisais pas, et je me limite aujourd’hui à un nettoyant Melvita qui est génialissime pour le quotidien, une crème hydratante visage et une huile pour le corps. C’est tout ! Je vous recommande d’ailleurs vraiment la marque Melvita qui propose pour moi les meilleurs produits de soin bio. Ma salle-de-bain est dégagée, épurée, ma peau va bien, voire mieux et je ne jette quasi plus de tubes/flacons. J’ai fait le même tri dans mon maquillage, et j’ai maintenant une petite trousse avec mes essentiels. Pour la douche, j’ai testé le savon et le shampoing solides, je ne me sens pas encore de n’acheter que ça, mais j’espère y venir ! J’utilise aussi pour le moment la gamme de soins Melvita qui est top.

Côté entretien de la maison :

  1. Fini les sacs plastiques, nous n’utilisons exclusivement que des sacs en toile pour nos courses au quotidien.

  2. Nous utilisons des éponges en tissus lavables : je les ai trouvées sur Etsy.com, mais ma mère en fabrique aussi à partir de chutes de tissus ou de laine. Elles sont aussi efficaces que des éponges jetables pour faire la vaisselle, le ménage… Sur internet vous en trouverez à environ 5€ pièce. Je les lave une fois par semaine, elles restent en très bon état et sont donc très vite rentabilisées ! Voici le lien pour le modèle en photo.

  1. Le Sopalin, c’est terminé ! Quand on a un bébé, on en utilise beaucoup pour moucher, nettoyer la bouche, les mains… Ma mère m’a trouvé une boîte à mouchoirs mais avec des petits lingettes lavables et réutilisables. C’est parfait !

Côté cuisine :

  1. Nous faisons maintenant nos courses en priorité au marché, puis en magasin bio et en vrac. Les grandes surfaces proposent du bio mais emballé sous plastique… Je vais donc d’abord en magasin bio avec mes petits sachets en tissus ou papier réutilisables, et pour ce que je ne trouve pas là-bas, alors je vais en grande surface. J’ai acheté ou recyclé plusieurs bocaux en verre pour la maison dans lesquels je mets les pâtes, le riz, les farines, les graines, céréales…

  1. Le composte : nous l’avons installé à notre arrivée à Dax grâce à la ville. Nous y mettons tellement de choses et ça ne demande aucun entretien, c’est génial !

  2. Repas à emporter : je prends très souvent le train, tout comme Aurore, pour aller à Paris. Avant, j’achetais des sandwichs ou salades pour le voyage. Maintenant c’est impensable ! Je me prépare une salade, un boîte avec des amandes, noisettes etc. que j’emporte pour mon voyage. C’est bien meilleur, plus consistant qu’un vieux sandwich au pain de mie, et sans déchet !

  3. La gourde : j’en ai acheté une il y a bientôt 2 ans, et je n’achète plus aucune bouteille d’eau depuis. Je l’emporte partout, même lorsqu’on va juste faire une balade, pour éviter toute envie de boire et d’acheter une bouteille en plastique. J’adore la mienne, une Gobilab qui a un petit contenant et qui ne prend pas de place pour mes déplacements.

  1. L’eau minérale pour Charlie : c’était une vraie problématique car je n’aimais pas acheter des bouteilles d’eau pour ses biberons, mais pas le choix. Nous avons trouvé ces grands bidons Volvic en plastique 100% recyclé ! 8 litres d’eau en un contenant, ce qui diminue considérablement la quantité de bouteilles.

  1. Nos repas sont à près de 100% faits maison : et ça change tout ! Je vous le partageais dans mon article sur mon changement d’alimentation, je pars maintenant de produits bruts que je cuisine, au lieu d’acheter du tout prêt. Cela limite beaucoup les déchets.

  2. Si je dois acheter des petits pots pour Charlie en cas de déplacement, manque de temps… je n’en n’achète qu’en verre. C’est parfois difficile de trouver des repas bio qui ne soient pas dans des contenants en plastique, il y a beaucoup moins de choix, mais c’est impensable pour moi d’acheter des barquettes jetables.

Divers :

  1. En 15 mois, nous n’avons acheté des vêtements neufs à Charlie que deux fois peut-être. Nous l’habillons exclusivement avec des pièces dénichées sur Vinted. Nous y trouvons des vêtements de marque, quasi jamais portés voire neufs, pour quelques euros. Nous avons demandé à notre entourage de ne plus offrir de vêtements neufs à Charlie à chaque visite, et elle reçoit bien plus rarement des cadeaux de tenues neuves par ses grands-mères, marraine…

  2. Idem pour les jouets : nous n’avons jamais acheté de jouet neuf depuis sa naissance. Tout (sauf les cadeaux de personnes extérieures) vient de Vinted, du BonCoin, ou de boutiques de jouets recyclés. Même pour son anniversaire ou pour Noël. Elle se moque que son jouet soit neuf, et autant donner une seconde vie à ceux qui ont souvent à peine servi !

  3. Pour nous aussi, les achats de vêtements se font bien plus rares. J’ai appris à me satisfaire de ce que j’ai. Cette année par exemple, j’ai acheté une fois 2 tenues pour mes plateaux TV en mai, et deux pulls au Mexique le mois dernier. Je revends, donne, recycle tout ce dont je ne me sers pas et je tourne avec mon stock. Frustrant au départ car j’aime avoir des vêtements neufs, mais finalement j’apprécie d’autant plus lorsque je fais du shopping 2 fois par an, et je re-découvre des vêtements que je ne portais pas.

  4. J’ai arrêté d’acheter des choses que je ne suis pas sûre et certaine de les utiliser. En voyage, en shopping, sur internet… Finis les achats qui ne sont pas indispensables. J’ai fait un tri énorme à la maison que je continue au quotidien : je vide les placards, les étagères… je donne, je vends, je recycle… je fais le vide. Et moins on a de choses chez soi, moins on en veut ! Et ça fait du bien de vivre dans un environnement allégé.

Globalement, le principal signe que nos petites actions du quotidien ont un impact, ce qui permet de les mesurer, ce sont les poubelles. Les éboueurs passent deux fois par semaine dans notre rue. Avant, ma poubelle était sur le trottoir à chaque passage. Maintenant, je ne la sors qu’une fois par semaine, à moitié remplie seulement, et encore. Mon objectif : ne la sortir qu’une semaine sur deux.

Ce que je veux encore changer à court terme :

  1. La lessive : je sais qu’on peut fabriquer facilement de la lessive maison, mais je n’ai pas encore sauté le pas, un peu par flemme. Mais je compte m’y mettre cette année ! Idem pour beaucoup d’autres produits ménagers à faire soi-même.

  2. Les couches lavables : mon frère et ma belle-soeur en utilisent depuis longtemps, les couches Hamac sont top. Jusque là, je n’en n’avais pas envie car on devait changer Charlie très souvent. Maintenant qu’elle grandit, je pense qu’on va y passer début 2020, car j’ai mal au coeur de jeter à la poubelle toutes ces couches au quotidien. Je sais que cela changerait considérablement la quantité de poubelles à sortir. De l’écrire me motive : je vais aller faire un tour sur leur site après 😉

  3. Voiture hybride : grand projet. On veut changer de voiture depuis un moment (nous avons une Peugeot 2008), et je me dis que si on investit dans un nouveau véhicule, j’aimerai en avoir une hybride, car nous ne faisons que peu de grands trajets, et qu’une voiture électrique jusqu’à 40km, ce serait merveilleux. Cela coûte trop cher pour le moment, et j’espère que nous aurons bientôt les moyens de nous lancer.

  4. Me déplacer en transports en commun : au quotidien, je prends encore beaucoup la voiture pour mes trajets à Dax. Salle de sport, petites courses… je pense que je peux vraiment les diminuer et prendre le bus. Je ne suis juste pas encore assez patiente pour me caler sur des horaires de transports en commun (surtout en province où ils sont moins fréquents qu’à Paris), mais je veux faire cet effort.

Voici ma liste, et j’en oublie certainement, des choses que je fais déjà, qui sont installées, et de mes prochains objectifs. Evidemment je suis très loin d’être parfaite. Il m’arrive parfois de ne pas suivre mes propres règles car je n’en ai pas envie, tout simplement. C’est pas bien, mais j’essaie de faire de mon mieux pour me sentir utile. De manière générale, ce qui a vraiment changé, c’est ma manière de réfléchir. Lorsque je consomme, je jette…, je le fais en conscience. Juste d’y penser et ne pas le faire machinalement, ça change tout. Car lorsqu’on jette en pleine conscience, on réalise que notre geste a un impact. Que l’objet, le déchet, une fois dans la poubelle, ne disparait pas par magie de la planète. Ce n’est pas parce que ce n’est plus sous nos yeux que ça n’existe plus. Après l’avoir jeté, que devient-il ? C’est la question que je me pose à chaque fois et qui me donne envie d’agir.

Et vous, que faites-vous déjà ? Avez-vous envie de faire évoluer vos habitudes aussi ? Dites-moi en commentaires si quelques idées vous inspirent ici, et si vous avez des conseils à me partager sur d’autres petites actions du quotidien !

Merci de m’avoir lue ❤

MC

#0dechets #économie #dechets #ecologie